On sort de ma cuisine aujourd'hui. Je vous emmène à San Vito dei Normanni, ma ville d'adoption, à 20 km au Nord de Brindisi.

Je vais vous confier quelque chose, je me suis sentie assez rapidement chez moi à San Vito. Je me souviens de cette dame qui, alors que je lui demandais le chemin pour aller au marché, me prit la main et m'y emmena, sans chichis, tout en racontant sa vie. La sienne, celle de son fils qui tient la salle de sport, celle de la cousine, de l'oncle et de la grand-mère, (oui, le marché était assez loin, elle a eu le temps de me raconter tout cela). C'était il y a cinq ans, j'étais bien dans le Sud de l'Italie. Et puis c'est ici que je me suis mariée, all'aperto comme on dit en italien, c'est-à-dire à l'extérieur, à l'ombre des pins parasols...(romantique, oui oui).

San Vito dei Normanni, ce sont des boutiques chics et à la mode qui cohabitent harmonieusement avec des bâtiments qui semblent s'être figés dans le temps, comme la place de la mairie offrant à nos yeux un bar tout droit sorti d'un western et accolé au château Dentice di Frasso :

REZZE

 

D'ailleurs, il n'est pas rare de noter la présence d'équipes de tournages de films ou de clips musicaux tellement cette place inspire : 

- L'uomo nero, S. Rubini, 2009

- La terra, S. Rubini, 2006

- Il grande botto, L. Pompucci, 2000

- Vidéoclip "Le rane" de Baustelle. A 1.30 mn vous reconnaîtrez le fameux bar : 

Baustelle - Le rane (videoclip)

Et récemment le film Latin Lover avec la regrettée Virma Lisi ou encore Valeria Bruni-Tedeschi (0.48 place de la mairie) :

Latin Lover - Trailer Ufficiale

 

Quand je vous dis que San Vito dei Normanni est spéciale ! 

J'ai très vite pris connaissance des deux grands symboles de la ville.

Le premier est musical :  la pizzica di San Vito, une mélodie et une danse populaires, dérivées de la pizzica pizzica elle-même trouvant ses racines du côté de Taranto et plus généralement du Salento. L'histoire de cette danse prend vie dans les croyances populaires où mordue par une tarentule, la victime était sujette à des mouvements du corps incontrôlables, semblables à des attaques épileptiques. L'unique guérison possible consistait alors en une série de danses thérapeutiques qui, grâce à des mouvements répétitifs et rapides, libéraient le corps du venin. La particularité de la pizzica di San Vito est que la danse doit s'effectuer dans l'eau car la victime a été piquée dans l'eau. Je suis brève car ce n'est pas aujourd'hui le sujet de mon article, mais on pourrait en parler encore longtemps de cette pizzica. En tous les cas, la pizzica est au Salento ce que le Fest-Noz est à la Bretagne :)

Venons-en au sujet principal de cet article, et donc au deuxième grand symbole de ma ville :  la rezza.

 

rezza6

 

La rezza est un store fait de lanières en bois posé devant la porte des maisons. La plupart des habitants possèdent ce store (5000 sur 7000 familles à San Vito), et il n'y a qu'ici (et dans certaines communes voisines mais en quantité moindre) que vous trouverez cette particularité.

On dit ici que la rezza est bien utile pour les "mégères" qui peuvent surveiller ce qui se passe dans leur rue sans se montrer...(un peu comme nos mamies derrière leurs rideaux). Voir sans être vu. Et je confirme ! Parfois, lorsque je passe devant les maisons qui en possèdent, je devine les mouvements d'une personne cachée derrière mais impossible de distinguer le visage...

En réalité, avant de servir à nos amies les curieuses, ces rezze servent à protéger des rayons du soleil qui sont, vous l'imaginez bien, particulièrement forts l'été venu. Elles servent aussi de moustiquaires (puisqu'on les a surtout aux fenêtres ou aux portes donnant sur nos jardins et cours), ainsi nous pouvons laisser passer un peu d'air tout en empêchant l'intrusion des petites bêtes qu'on n'aime pas, tout cela sans montrer l'intérieur des maisons aux passants. La rezza a même supplanter la porte pour certains habitants : derrière une belle rezza vernie se cache parfois une porte un peu délaissée et égratignée par le temps qui passe.

Vito Bifaro est l'inventeur de ces persiennes qui rendent ma ville si particulière. Après avoir réalisé les rezze pendant plusieurs années, c'est Giovanni Calvelli qui a pris la relève il y a 36 ans de cela, avec à ses côtés son épouse. Tous les deux ont habillé San Vito de rezze de bois, mais aussi de plastique, et pour certaines d'entre elles ornées de dessins à la demande des clients. Je parle au passé car ils ont récemment cessé leur activité, en décembre 2014. Je suis allée à la rencontre de la famille Calvelli, et je les remercie à nouveau pour leurs grandes disponibilité et gentillesse à mon encontre. C'est avec beaucoup de passion mais aussi d'émotion qu'ils m'ont raconté leur travail durant toutes ces années. Un travail artisanal qui requiert patience, précision et volonté, à rechercher partout dans le pays le moindre clou qui conviendra pour fixer les lattes de bois afin de fournir une rezza de qualité qui aura jusqu'à 20 années de vie. 

 

famiglia

 Famiglia Calvelli dans leur atelier.

Alors que l'époque et la difficulté de trouver un emploi dans le sud conduisent les jeunes vers le nord à la recherche d'un futur, Amarezza va à contre-courant et voit le jour (Ama-aime/Rezza-la rezza, j'aime bien ce jeu de mots, amarezza signifie également amertume) Il s'agit d'une association culturelle de Land Art (art contemporain utilisant le cadre et le matériel dans la nature), un laboratoire de design artisanal sur les rezze et Gionata Atzori, (diplômé en sciences et technologie des Arts figuratifs du spectacle et de la mode), Antonio De Siati, (formé aux diverses techniques de peinture) ainsi que Gianluca Locorotondo, (architecte d'intérieur) en sont les fondateurs.

Leur envie principale est celle de rester à San Vito dei Normanni et de faire quelque chose pour la ville où ils ont grandi. Attirés par la particularité des rezze, Ils souhaitent transformer l'aspect négatif de la façon dont elles sont utilisées (se cacher derrière, critiquer ce qui est épié sans pour autant faire bouger les choses), en rendant toute sa beauté au store, d'un point de vue esthétique (au-travers de dessins peints sur les rezze) mais aussi symbolique: alors qu'habituellement nos tableaux sont cachés à l'intérieur de nos maisons, nous allons nous ouvrir aux autres et en faire profiter tous les passants.

Ils présentent alors leur projet autour de la rezza lors d'un concours régional et terminent huitième sur plus de 2000 projets présentés. Grâce à l'enveloppe budgétaire gagnée, Gionata, Gianluca et Antonio peuvent alors démarrer l'activité et reprendre le flambeau de Giovanni Calvelli.

Formés dans un premier temps par ce dernier, qui leur a transmis non seulement son savoir-faire mais aussi le matériel nécessaire à la poursuite de l'activité, en plus de continuer la réalisation de rezze classiques, ils donnent vie à de véritables oeuvres d'art en laissant exprimer leur talent guidé par les envies des acquéreurs d'une rezza, qui souvent souhaitent qu'un symbole de leur vie soit peint sur le store. Je suis tombée amoureuse de ces oeuvres et vous allez vite comprendre pourquoi en appréciant les photos à venir. 

 

REZZACOLLAGE

REZZACOLLAGE2

 

rezza1

REZZADOPPIA

 

Ou comment semer douceur et poésie dans les rues de San Vito...Ne trouvez-vous pas ? Un musée d'art à ciel ouvert où l'on devine des scènes de vie derrière les rezze.

Un grand merci aux garçons d'Amarezza de m'avoir accordée un peu de leur temps pour me parler avec passion de leur activité :

 

amarezza

Antonio et Gionata devant des peintures réalisées par des artistes de notre territoire.

 

Chaque été, au mois d'aôut depuis 2009 a lieu La Rezzica (appellation dérivée des deux symboles forts de la ville : rezza et pizzica): une fête populaire où se mêlent traditions culinaires, danses et chants autour de la rezza. Une manifestation "grande soeur" de Amarezza, initiée là aussi par les garçons de l'association.

La mairie de San Vito peut remercier ces initiatives qui permettent à la ville de ne pas mourir, mais au-contraire de vivre de ses traditions et de les faire connaître au-delà de la région, puisqu'elles arrivent jusqu'en France avec cet article.

Je termine cet article avec la poésie écrite en dialecte par Vitantonio Stanisci, poète de San Vito dei Normanni, pour Vito Bifaro (Vitucciu Bifru) et que Gina et Giovanni Calvelli conservent sur leur bureau:

 

poesia

 

Page facebook Amarezza ici 

Site internet Amarezza : ici  

Article sur le site de la Repubblica ici   

La Rezzica ici

rezza

Toutes les œuvres sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur. (Sauf mention contraire) 
Au vu des articles L111-1 et L112-2 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction, diffusion publique, usage commercial seront par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits.