A Noël, en Italie, point de bûches, (même si le tronchetto - la bûche- devient de plus en plus à la mode). Les grands classiques, qui ont dépassé les frontières depuis bien longtemps et qui restent indispensables pour des fêtes de Noël réussies, sont le Panettone, d'origine milanese, et le Pandoro, de Verone, (ce dernier a largement ma préférence). Cependant, en s'interessant de plus près aux différentes régions, nous découvrons des traditions autres que les deux desserts nommés ci-dessus, comme le Parrozzo que je vous propose aujourd'hui. Mais vous remarquerez que sa composition reste sobre, et je vais vous dire : ça tombe bien parce que moi et la crème on ne s'aime pas. Je n'aime que les desserts dits "simples". 

A l'origine, il s'agit d'un "pan rozzo", un pain de farine de maïs consommé surtout par les paysans, un pain "pauvre" dans sa composition mais savoureux grâce à sa surface très cuite, presque brûlée. Puis le Parrozzo, la version sucrée du pan rozzo, est né de l'imagination de Luigi D’Amico durant les années 1920, un pâtissier de Pescara dans les Abruzzes; le glaçage au chocolat rappelle ainsi symboliquement la surface brûlée du pan rozzo.

L'histoire raconte que le premier a avoir goûté ce Parrozzo fut le poète Luigi D'Amico, de Pescara lui aussi. Celui-ci fût immédiatement conquis par ce dessert, à tel point qu'il lui dédia quelques vers avec "La canzone del Parrozzo" :

È tante ‘bbone stu parrozze nove che pare na pazzie de San Ciattè, c’avesse messe a su gran forne tè la terre lavorata da lu bbove, la terre grasse e lustre che se coce… e che dovente a poche a poche chiù doce de qualunque cosa doce…”.

Ayant à disposition quelques kilos d'amandes de notre verger, c'était l'occasion d'en utiliser avec cette recette.

(Comme toujours, chaque famille a sa recette qui diffère un peu de celle du voisin...).

- 1 moule demi-sphère de 18 cm de diamètre

- 150 grammes d'amandes sans leurs coques

- 120 grammes de semoule de blé dur (que vous utilisez pour vos desserts ou pâtes fraîches)

- 30 grammes de farine blanche

- 200 grammes de sucre semoule

6 oeufs

- le zeste d'une orange

- 3 cuillères à soupe d'huile d'olive 

- 1 pincée de sel

- 200 grammes de chocolat noir de qualité

- 100 grammes de beurre

- sucre glitter doré.

1- Battre les jaunes d'oeufs avec le sucre semoule. Ajouter les amandes hachées finement, (conserver leur peau, cela donnera la couleur foncée à la pâte) puis la farine, la semoule et enfin l'huile d'olive et le zeste de l'orange. Bien mélanger.

2- Monter les blancs en neige avec une pincée de sel et les unir délicatement, en deux fois, à la préparation farine-amandes. Verser la pâte dans votre moule (beurré et fariné) et laisser cuire 50 à 60 mn dans votre four préchauffé à 160 degrés. Vérifier la cuisson.

3- Préparer le glaçage en faisant fondre le chocolat avec le beurre au bain-marie. Une fois le gâteau refroidi, sortez-le du moule et verser le glaçage sur le dessus du dessert. Étaler avec une spatule et ôter le surplus. Laisser refroidir et déposer au frais. L'ayant préparé la veille au soir,  mon gâteau est resté toute la nuit au réfrigérateur jusqu'au moment du dessert le lendemain midi. Avant de servir, si vous le souhaitez, déposer du sucre glitter doré sur toute la surface de votre demi-sphère afin de lui donner un petit air de fêtes en plus. 

Joyeuses fêtes de fin d'année et...

Buon appetito !

311

313

314

Toutes les œuvres sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur. (Sauf mention contraire) 
Au vu des articles L111-1 et L112-2 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction, diffusion publique, usage commercial seront par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits.